Les 101 bretonnes pie noirs de Langazel

L’heureuse élue !

L’association de Langazel est gestionnaire des tourbières de Langazel situé sur la commune de Trémaouézan. C’est une zone Natura 2000 et un Espace Naturel Sensible où le conseil départemental du Finistère est propriétaire de plus de 130 ha. Pour gérer un espace aussi grand, l’association utilise l’agriculture de façon douce et raisonné pour le maintien de la biodiversité de ce site. En effet, sans gestion sur les zones de milieux tourbeux, prairies et de landes, … la zone deviendrait une grande forêt. Le nombre de ces habitats sont en chute libre en France avec aussi la biodiversité qui y est attachée. Il est important d’essayer de maintenir ces espaces « ouverts » comme disent les spécialistes. Et pour cela, l’association a fait le choix depuis les années 90, d’être une exploitation agricole en plus d’être une association de protection de l’environnement.

Après différentes tentatives, les gestionnaires entretiennent fièrement la zone avec un troupeau de bovin de race Bretonne pie noir, une race endémique à la bretagne et très rustique. Ces dizaines d’individus ne font pas de quartier aux repousses de saules ou autres arbustes envahissants. Les prairies et les landes sont bien en fleurs favorisant des espèces patrimoniales dans le domaine botanique mais aussi pour les insectes et les oiseaux. Par manque de temps, l’association ne produit pas de lait à partir de ses vaches. Cependant, elle fait de la reproduction grâce à son taureau Jagu qui se ballade fièrement dans son paysage breton. Ainsi après de nombreuses années de pratique, l’association à dépasser les 100 petits veaux qui ont gambadé les tourbières de Langazel. Cette année, elle est même arrivée à son 101ème petit veau.

Ça ne s’arrête pas là

L’association possède aussi deux poneys pour faire du pâturage extensif équin. Les poneys ne vont pas manger les mêmes choses que les bovins. Il est important de pratiquer les deux pour valoriser certaines espèces végétales. Pour l’avenir, l’association espère acquérir des chevaux de Camargue qui sont bien adapté à ce type de milieu humide. Un projet plein d’ambition qui pourra mettre un peu plus de lumière sur ces tourbières d’exceptions.

Articles relayant l’information:

©https://www.ouest-france.fr/bretagne/tremaouezan-29800/tremaouezan-les-101-vaches-bretonnes-pie-noir-de-langazel-6391949
©https://www.letelegramme.fr/finistere/tremaouezan/langazel-un-troupeau-pour-entretenir-l-espace-11-06-2019-12307857.php

Podcast sur RCF

Lors d’une visite dans la tourbière de Langazel, Pauline Daniel de la radio locale RCF est venue nous interviewer. Vincent Le Viol, gestionnaire de l’association, présente les prairies fleuries, le cheptel de l’exploitation agricole, ainsi que la faune et la flore, riches d’espèces protégées.  Le Podcast est disponible ici

A vous les studios!

1979-2019 : L’association de Langazel a 40 ans

Les animateurs de l’assemblée générale du 5 avril : Jean Claude Perramant, Président et militant de la première heure, Vincent Le Viol, animateur salarié et Roger Le Saint, secrétaire.

De site pressenti en 1978 pour une décharge à la protection par le département d’une zone
Natura 2000, l’histoire de Langazel est loin d’être un petit ruisseau tranquille. La problématique a,
depuis, bien évolué, le maintien de la biodiversité est devenu l’enjeu majeur. En 2018, le comité
de pilotage a établi un plan de gestion du site pour les dix prochaines années, véritable guide pour
les deux salariés de l’association avec la vingtaine de bénévoles réguliers pour entretenir les 135
hectares du domaine départemental, agrandi cette année de près de 9 hectares. Il s’agit
d’entretenir le bocage, le chemin de randonnée, le petit élevage de vaches et poneys, les mares
pédagogiques, mises à l’honneur par la redécouverte au printemps de la petite argyronète. Un
corridor écologique est travaillé dans le but de partager la biodiversité. Pour sa première
participation au concours agricole des prairies fleuries, l’association a emporté le prix « démarche
écopastorale » ; un carnet botanique à usage interne a été édité. L’asso est aussi prestataire pour
RTE dans l’entretien permanent sous les lignes électriques.
L’association fêtera ses 40 ans le 14 septembre 2019.

Un nouveau plan de gestion pour les années à venir

Les membres de l’association ont présenté le nouveau plan de gestion de Langazel.

La zone humide de Langazel est classée Espace naturel sensible. C’est une appellation départementale qui a pour objectif de préserver la qualité des sites, des milieux naturels et d’assurer la sauvegarde des habitats naturels ; mais également d’aménager ces espaces pour l’ouverture au public. Sur la zone de Langazel, c’est 283 ha qui sont en zone de préemption. Le Département achète des parcelles agricoles afin de préserver ces habitats. À l’heure actuelle, le conseil départemental du Finistère est propriétaire foncier de plus de 130 ha sur la zone. Ces habitats d’exceptions nécessitent des mesures de gestion grâce souvent à des méthodes agricoles respectueuses de l’environnement. Un plan de gestion a été en place depuis 1994. Cependant, les usages et l’évolution naturelle des milieux ont bien changé au fur et à mesure de ces années. Durant deux ans, plusieurs organismes spécialisés se sont rassemblés et concertés afin d’élaborer un nouveau plan de gestion. L’étude a commencé par une phase de diagnostic afin de mesurer l’évolution depuis celui de 1994 et pour permettre d’évaluer les précédentes mesures de gestion. Un nouveau plan de gestion présente aujourd’hui les enjeux et objectifs pour les neuf prochaines années et vise à garantir de meilleurs résultats. C’est un document important qui sera un vrai guide à destination des gestionnaires pour la période 2018-2027 et qui permettra de préserver au mieux la biodiversité de ce site d’exception, les tourbières de Langazel.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/tremaouezan/langazel-un-nouveau-plan-de-gestion-pour-les-annees-a-venir-01-02-2019-12198271.php#Re123mT0omOgb3g7.99

Le syndicat de l’Elorn forme aux plantes invasives

Luc Guihard et Alain Bars aux côtés des agents techniques de sept communes du syndicat de Bassin de l’Elorn au départ de la balade botanique sur les plantes invasives en présence de Stéfanie Isoard.

Sur le secteur, quatre à cinq espèces de plantes invasives sont à surveiller. Le syndicat des Bassins de l’Elorn a formé les agents techniques communaux à les reconnaître.

Hier matin, des agents techniques communaux de Plouédern, Dirinon, Saint-Servais, La Roche Maurice, Landerneau, L’Hôpital-Camfrout et Trémaouézan ont reçu une formation sur la reconnaissance des principales espèces invasives. « Depuis 2013, le syndicat des Bassins de l’Elorn accompagne les 34 communes de son territoire dans la gestion des plantes invasives végétales. Des communes sont très demandeuses d’aide et d’accompagnement », confie Stéfanie Isoard, charge de mission Natura 2 000 et espaces naturels au syndicat des Bassins de l’Elorn.

Plus de trente zones

Sur le territoire du syndicat de l’Elorn « pas moins d’un millier de localisations. Rien qu’à Landerneau plus de trente zones de plantes invasives ». En s’appuyant sur le travail de repérage des agents techniques, on peut identifier les zones sur des plans communaux et engager une surveillance puis mettre en place des plans de contrôle. « Savoir reconnaître ces plantes dès leur plus jeune stade reste la clé d’une gestion efficace de la problématique de colonisation des espèces invasives sur notre territoire », poursuit Stéfanie Isoard.

La balade botanique, animée par les «prestataires, Luc Guihard, de Bretagne vivante, et Alain Bars, de la Maison de l’agriculture bio », a démarré à la base de canoë-kayak, puis direction l’IME de Kerlaouen puis la zone du Bois noir et enfin la route direction Daoulas. « 80 espèces invasives sont reconnues par le Conservatoire botanique. Sur le secteur, quatre à cinq sont à surveiller de près », confie Luc Guihard.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/landerneau-29800/landerneau-le-syndicat-de-l-elorn-forme-aux-plantes-invasives-6020334?fbclid=IwAR3WqwTwpaT77ZZCvk0FG5cbEkwGzqS94GCxQjji7yGp2IZgq2Ur7jtsM-w

Langazel, lauréate du concours des prairies fleuries

L’association de Langazel, représentée ici par ses deux salariés (Anthony Tournellec et Vincent Le Viol), a obtenu un prix spécial du jury avec la distinction  » démarche éco-pastorale »

Au cours de la 30e Foire à l’ancienne de Commana, samedi 22 septembre, l’association de Langazel a emporté le prix du concours des pratiques agro-écologiques. Le jury d’experts s’était retrouvé fin mai pour parcourir les huit prairies candidates au concours, co-organisé par le Syndicat de bassin de l’Élorn, le Parc naturel régional d’Armorique, le Syndicat mixte du Tregor et la Chambre d’agriculture de Bretagne. La compétition récompense les exploitants agricoles pour leurs pratiques respectueuses de l’environnement.

L’association de Langazel a postulé cette année pour une prairie dans la catégorie « fauche exclusive », car en plus d’être gestionnaire d’un site Natura 2 000 et Espace naturel sensible, la structure est aussi une exploitation agricole.

Sur les terrains du conseil départemental du Finistère, avec son petit troupeau de vaches de race bretonne pie-noir et de poneys, l’association travaille à maintenir l’écosystème de ses prairies naturelles permanentes par fauche et pâturage, travail qui a été ainsi reconnu par les experts.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/tremaouezan-29800/langazel-laureate-du-concours-des-prairies-fleuries-6000559

Ensemble, ils gèrent la tourbière de Langazel

Julien Poupon, vice président de la CCPLD, Vincent Le Viol et Jean-Claude Perramant, président de l’association de Langazel, (au 1er rang) avec les partenaires du site.

On ne change pas une équipe qui gagne. Julien Poupon, vice-président de la Communauté de communes du pays de Landerneau Daoulas (CCPLD), a prolongé pour trois ans le comité de pilotage du site des tourbières de Langazel, lundi. Depuis 2007, l’opérateur chargé de ce site Natura 2 000 est la CCPLD, qui en a confié l’animation à l’association de Langazel, née voilà 39 ans.

Quinze bénévoles

De longues années d’existence, pendant lesquelles l’association a pu compter sur des bénévoles très investis. « Aujourd’hui, un groupe de quinze personnes est présent tous les mardis matin, sur la tourbière de Langazel, pour assurer du bûcheronnage, du pâturage… Conformément aux pratiques de bonne gestion du milieu humide qu’est Langazel, confie Vincent Le Viol, animateur gestionnaire depuis 2017. Les tâches qu’ils effectuent représentent le travail d’un équivalent temps plein. »

Le travail de l’association a permis de conserver la biodiversité de Langazel, propriété du conseil départemental. Depuis des années, nombreux sont les promeneurs qui s’engagent sur le circuit de randonnée de 9 km, ou qui empruntent le sentier d’interprétation, qui permet de comprendre l’évolution et la formation des landes et tourbières.

En projet, l’association va monter une convention avec Réseau de transport d’électricité (RTE) pour les lignes à haute tension. « Ce gros chantier se prépare. Nous enlèverons le bois pour que nous puissions entretenir ensuite. »Vincent Le Viol veut aussi travailler sur la communication. « J’ai vu que le grand public ne nous connaissait pas suffisamment. On doit montrer la richesse de Langazel. »

© https://www.ouest-france.fr/bretagne/landerneau-29800/ensemble-ils-gerent-la-tourbiere-de-langazel-5995292

Construction de nichoirs à chauves-souris

L’atelier de confection de nichoirs à chauves-souris a rencontré un grand succès.

Ce samedi, l’association de Langazel, en partenariat avec le Groupe mammalogique breton (GMB), a organisé un atelier de création de nichoirs. En effet, pour fêter ses 30 ans d’existence, le GMB a voulu marquer le coup par des journées d’actions pour ces mammifères, deux semaines, en septembre. L’occasion, pour l’Association de Langazel, d’apporter son soutien en organisant cet atelier original.

On a tendance à négliger les chauves-souris, cette famille de mammifères. Ces petits individus velus et volants sont protégés en France. Loin de leur image de vampire, ils rendent de grands services par leur grande consommation de nuisibles des jardins (moustiques, punaises,…). Un seul individu peut capter plus d’une centaine d’insectes de la taille d’un moustique en une heure. Malheureusement, en plus d’être persécutées à cause de leur image négative, les chiroptères ont vu leurs gîtes régresser. La création de nichoirs est une solution possible pour contrer le phénomène. Ce samedi, au sein de la ferme Kerioual de l’association de Langazel, sept abris ont été fabriqués pour être posés dans l’espace protégé des tourbières de Langazel. Enfin, avantage supplémentaire, l’association va pouvoir faire des suivis scientifiques de la population de chauves-souris à Langazel plus facilement par l’observation de l’occupation de ces nichoirs.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/tremaouezan/langazel-construction-de-nichoirs-a-chauves-souris-19-09-2018-12083481.php#clM7tuBm7Bb0Qru2.99

Journée d’action pour les mammifères le 15 septembre

Afin de suivre la démarche du Groupe Mammalogique Breton de promouvoir des journées d’actions pour les mammifères, l’association de Langazel a décidé d’organiser le 15 septembre un atelier  » création de nichoir à chauves-souris « .

En effet, ces populations sont souvent dévalorisées alors que leur rôle au sein des écosystèmes est primordial. Pour cela, nous vous invitons à nous rejoindre devant l’église de Trémaouézan à 14h. Nous irons au hangar de notre ferme afin de construire ces fameux abris qui pourront être mis au sein des tourbières de Langazel.

L’atelier est gratuit. Si vous le souhaitez vous pouvez venir avec vos petits outils (scie à main, marteau, clous, …) mais l’association aura de quoi en prêter. Nous nous occupons de fournir les plans et le bois.

Nous vous invitons à vous inscrire à préalable par téléphone ( 0633665833), courriel ( langazel@wanadoo.fr ) ou facebook (zone humide de langazel). Attention, le nombre de place est limité.